Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

A la rencontre du Samu Social (Février 2013)

"Sois une lampe, un bateau sauveteur ou une échelle" Djalal Din

Le 16 Février dernier, nous avons eu la chance d’avoir parmi nous Didier Rengade, responsable du bénévolat et des collectes au sein du Samu social (93) qui a partagé avec les élèves son expérience et le travail réalisé par cette structure dans l’aide aux plus démunis. D’ailleurs au terme "d’aide" M. Rengade lui préfère le mot d’"accompagnement" qui pour lui est au cœur même de sa mission. En effet, il s’agit d’aller au contact de personnes vivant dans des conditions extrêmement difficiles : sans abri pour la plus part d’entre elles, elles n’ont pour seul refuge qu’une tente, une cabane, voire un banc improvisé en lit. Le travail sur le terrain du Samu consiste alors à leur apporter un peu de réconfort en leur proposant dans un premier temps un repas chaud ainsi que des produits de première nécessité. Un fois le contact établi, ces personnes-là se voient proposer un hébergement gratuit dans une des structures d’accueil du Samu qui compte 600 lits sur l’ensemble du département de Seine-Saint-Denis.

Toutefois, comme le souligne M. Rengade "notre mission ne s’arrête pas là puisque notre travail se veut être multidisciplinaire ; hébergement, financement, éducation pour les enfants pris en charge et réinsertion dans le monde professionnel : il faut ainsi améliorer l’ensemble de la situation afin d’aider ces personnes à se relever". Pour cela, un important travail d’équipe est nécessaire. Ainsi une équipe de jour relayée par une équipe de nuit assurent une permanence 24h sur 24 afin d’agir à tout moment en cas de besoin.

L’hôtel social

Pièces maîtresses de ce dispositif, les hôtels sociaux assurent l’hébergement des personnes nouvellement prises en charge par le Samu. C’est une première étape visant "à redonner confiance en soi et dignité à des personnes qui ont connu une trajectoire de vie compliquée". Ces centres d’hébergement permettent à leurs occupants d’y séjourner pendant une durée pouvant aller jusqu’à deux ans pendant lesquelles ils bénéficient en parallèle d’un "suivi social adapté" qui comprend notamment un accompagnement administratif et juridique en vue d’améliorer leur situation économique. En contrepartie, il s’agit évidemment pour les bénéficiaires de cet accompagnement de respecter un ensemble de règles préétablies ainsi que de fournir un effort constant afin de s’extraire de leur situation.

Enfin, une attention toute particulière est portée sur ceux, au final, qui sont les plus vulnérables : les enfants. Agés de quelques mois à 16-17 ans, ils sont environ 200 à occuper les différentes structures du Samu. Si leurs préoccupations sont semblables à ceux de leurs aînés, leurs besoins sont quelque peu différents. En effet, la prochaine rentrée scolaire ne pourra se faire sans cahiers et stylo dans le cartable. C’est pourquoi la BJ réitère pour la seconde fois son opération de collecte de fournitures qui a connu l’an dernier une très forte mobilisation des élèves et de l’équipe pédagogique.

L’intervention de M. Rengade s’est achevée par un échange avec les élèves pendant lequel il nous a livré sa vision, profondément nourrie d’humanisme et de bonté, de son travail aux côtés des plus démunis.

Bio Express :
Didier Rengade travaille depuis plus de 20 ans au sein du Samu Social. Il a été pendant longtemps chef de service d’un centre d’hébergement. Cela fut une lourde responsabilité pour laquelle "il faut aimer donner et avoir la passion de l’humain". Depuis 2006, M. Rengade s’occupe du volet bénévolat et des collectes de dons, travaillant ainsi en étroite collaboration avec des établissements scolaires comme le lycée Sainte Geneviève. En effet, il intervient tous les ans depuis quelques années auprès des élèves pour nous parler de son formidable travail et celui de son équipe.